2009, année des 60 ans...

Un petit bout d'histoire sur le Comité Scolaire de l'Ecole Communale de Bas-Oha

De 1949 à 2009

  • Dans la liesse de la fin de la 2ºguerre mondiale, la joie des villageois perçue par le retour au foyer de nos derniers soldats prisonniers, des petits comités de quartier se formaient pour organiser des petites fêtes locales, très souvent au bénéfice d'un débit de boissons. On faisait le fête à Oha, à Lamalle, à Java, au cercle à la St Lambert et à la maison du peuple.

    En temps qu'homme responsable, l'échevin de l'instruction de l'époque sous le mayorat de monsieur Fourneau Eugène élu en 1947, monsieur Danze Georges, pour ne pas le citer, eût l'idée lumineuse de créer lui aussi un comité de volontaires pour en faire profiter les enfants de l'école communale.

    Il divulgua son idée à mademoiselle Jenny Forêt, institutrice en chef provisoire qui, après réflexion a trouvé cette idée excellente.

    Monsieur Danze, enchanté de l'acceptation par le personnel enseignant, allongea celle-ci et commença par recruter des volontaires à la cause et au bénéfice des enfants et ce fut début août 1949 que la 1ère réunion eut lieu à l'école.

    Après avoir fait connaissance, monsieur Danze expliqua l'idée qu'il avait de créer un Comité des fêtes au profit des enfants de l'école communale.

  • Ces huit volontaires, très intéressés, décidèrent d'abord par trouver un nom à ce comité qui se formait et c'est à l'unanimité que le nom de baptême fut donné : " Comité des oeuvres Scolaires " et on élabora quelques règles et statuts.

    Ces huit volontaires fondateurs qui avaient pour nom : Monsieur Danze Georges (échevin de l'instruction), Mademoiselle Jenny Forêt(institutrice), Monsieur Cop Fernand(instituteur intérim), Monsieur Hella Albert(échevin des travaux), Monsieur Froidbise Paul(magasinier aux sucreries de Wanze), Monsieur Lessuisse Gaston(imprimeur), Monsieur Lerson Maurice et Monsieur Denis Oscar.

    Ceux-ci n'avaient qu'un but, récolter des fonds par tous les moyens légaux pour offrir aux enfants, une magnifique St Nicolas et si tout va bien une excursion didactique, culturelle et distrayante.

    Imaginez ce comité sans aucun fond, sans loges foraines, sans éclairages, sans matériel et sans local, mais avec des idées plein la tête et une ferme volonté d'aboutir !

    La 1ère opération suggérée fut une tombola dont le gros lot était un appareil électro-ménager.

  • Les billets imprimés avec la date du tirage au lundi de la Pentecôte 1950, cette date avait été retenue pour organiser la fête aux écoles, dans les cours de récréation et sur le petit plateau devant l'école.

    Les " comitarts " se mirent en quête d'un carrousel, improvisèrent une buvette et par les jeux populaires égayèrent l'après midi du dimanche et du lundi.

    Le samedi soir avait servi à déménager la classe des filles à l'étage près des bureaux de l'administration afin d'organiser le bal avec orchestre le soir. Les tableaux et tous les murs avaient été camouflés par du papier gris.

    Cette 1ère fête dépassa de loin toutes les espérances.

    Tous les billets de tombola ont été vendus par les enfants de 4ème,5ème et 6ème année partout dans le village et au bal du soir(bal gratuit évidemment).Il y avait des gens jusque dans l'escalier, c'était plein à craquer.

    Les jeux sur les cours attiraient aussi les curieux.

    On coupa la tête au coq, on remplit au plus vite une bouteille en prenant de l'eau en bouche dans une bassine placée à 10 mètres, on mordit dans un petit pain suspendu et tartiner de sirop

    , les mains liées dans le dos, on chercha une pièce de 20 francs jetée dans un bassin de plumes, on fit des courses de sac, des courses avec un oeuf placé sur une cuillère à soupe tenue en bouche avec les mains liées dans le dos, bref toute sorte de jeux qui amusaient les nombreux badeaux.

    Il fallait payer un droit de participation et quand il y avait 5 ou 6 concurrents, on débutait une partie dont le vainqueur emportait une bouteille de cidre dont la valeur n'atteignait pas la moitié des droits de participation.

    Tous ces jeux populaires ne demandaient pas beaucoup de matériel mais cela tenait le public sur notre fête.

    Petit à petit et de fil en aiguille, d'année en année, notre matériel s'étoffait.

    On avait d'abord pris l'initiative de construire 3 loges foraines en bois, une servait de friterie, une autre de tir et la dernière de buvette.

    Quant au forain, il resignait chaque année un contrat car c'était à ses dires une de ses meilleures fêtes.

  • Après cette 1ère fête de Pentecôte 1950, tous ces volontaires bénévoles affichaient un grand sourire car tout marchait pour le mieux. Cependant le premier revers de la médaille ne tarda pas car le conseil communal ayant décidé la nomination de l'instituteur en chef en sa séance du 14 octobre 1950. Mademoiselle Forêt rejoignit son village d'Antheit, après avoir été nommée institutrice en chef le 8 août 1950. Monsieur Cop nommé à titre provisoire à cette même date avait la cote et croyait en sa nomination par la majorité au conseil, c'était sans compter sur la candidature de monsieur Taverniers Roger natif du village et qui professait les enfants de nos militaires en Allemagne qui emporta la palme, en effet un conseiller de la majorité donne son vote à son ancien camarade de classe.

    Il y eut un flottement au sein du Comité Scolaire puisque Monsieur Cop démissionna.

    Cependant monsieur Taverniers, après quelques temps fut vite apprécié par les élèves, d'une correction exemplaire celui-ci approuva l'initiative du Comité Scolaire et demanda son admission et en devint même un très ferme promoteur. Voilà donc nos courageux volontaires repartis de plus belle.

    Les loges foraines terminées, on fit l'acquisition de carabines à air pour le tir et de marmites et ustensiles pour la friterie.

    Tout ce matériel était casé dans le grand vestibule entre les deux classes. Encore utilisé comme cuisine actuellement, je pense.

    Un contrat passé avec une brasserie leur apporta 40 tables et 160 chaises métalliques et pliantes, ce fut une aubaine qui fut tout aussi utile aux " comitarts " que les 3 loges foraines dont une était souvent prêtée au comité des prisonniers de guerre qui à chaque festivité au village installait leur loge aux enveloppes.

  • Le Comité des oeuvres Scolaires prenait peu à peu une place importante dans le village et était de plus en plus estimé. Les fêtes de quartier s'estompaient les unes après les autres. Le fait d'avoir pour principe d'acheter dans la mesure du possible tout ce dont le Comité avait besoin

    chez les commerçants du village amenaient ces derniers à assister et soutenir les festivités.

    Depuis l'entrepreneur monsieur Muselle Auguste qui ne refusait jamais de mettre son camion gratuitement à la disposition du Comité, passait par les commerçants pour l'achat de lots pour la tombola, par la boucherie de monsieur Leduc René pour la graisse à frire, les boulettes et les cervelas. Les bombonnes de gaz venaient de chez monsieur Derclaye Armand qui nous offrait chaque année 2 petites bombonnes, les pommes de terre de la ferme de monsieur Verlée Léon.

    On organisa des restaurations à prix démocratique dans une classe. Ces volontaires aidés par leurs épouses et les institutrices lorsque les festivités demandaient plus de personnel.

    Il y a aussi une maman qui passait chaque année ses fêtes de Pentecôte dans la friterie, Madame Julie Perpignien, nous vous saluons bien bas et vous remercions au nom des enfants pour tout ce que vous avez fait pour eux parfois aidée, il faut le cité, par madame Félicie Collée, merci Félicie.

    La 1ère St Nicolas fut distribuée aux enfants début décembre 1950 dans la classe des filles, encore une fois vidée de son mobilier.

    D'année en année, cette St Nicolas prenait de l'importance et les " comitarts " étaient fiers de leurs oeuvres. Ils s'entendaient à merveille pour le mener à bien tous ensembles.

    L'administration communale fit l'acquisition du château à l'Horloge durant l'année 1953 et y installa ses bureaux, libérant par-là ceux de l'étage de l'école ainsi que les archives communales et la classe des filles déménagea elle aussi au château.

    Ce transfert donna à monsieur Hella ( échevin des travaux) l'idée, d'enlever les cloisons de ces bureaux et archives, qui donnerait ainsi une grande salle sur tout l'étage et serait mise à disposition du Comité des oeuvres Scolaires.

    Les travaux commencés, le président du Comité (échevin de l'instruction)ne donna pas son accord pour la sécurité de tous ne voulut pas prendre la responsabilité d'une salle non conforme aux exigences de l'époque, pas de sortie de secours, l'escalier en bois ouvert et dangereux, aucune enquête d'incidence n'ayant été demandée, il n'accepta pas et par la même occasion donna sa démission. Le Comité perdit de la sorte son premier fondateur en la personne de monsieur Danze qui était la tête pensante de ce comité.

    Le nombre d'enfant fréquentant l'école ne cessait de croître tant et si bien qu'un dédoublement fut très bénéfique aux enfants qui lors de l'examen cantonal étaient très bien côtés, ce qui faisait la renommée de l'école de Bas-oha.

    Le Comité lui aussi prenait de l'ampleur, augmentait en nombre, Content Camille et Kerckhofs Omer* en firent partie. Ensuite Rinchard Luc, Boes Alphonse, Jamart Hubert, Goffin Gustave, Leclère Hubert, Spilleben Pierrot, Bolly Jean-Jacques, Bovy Désiré et Kerckhofs Bernard firent partie du Comité. Tous ces volontaires ne manquèrent pas d'idées et firent des prouesses.

    Ils construisent de nouvelles loges métalliques bien plus pratiques et plus légères qui existent encore aujourd'hui. Ils construisent un bar dans la salle avec évacuation des eaux usées, y aménagent l'eau alimentaire et divers travaux pour le confort de tous.

    Bref, au fur et à mesure des années, le Comité s'organisait pour sa facilité.

    Ils construisent le jeu de la souris blanche, ce jeu tenu par madame Mossoux remportait un vif succès et rapportait autant que la tombola.

    Ils mirent sur pied la fameuse équipe de football féminine " les chars d'assauts " qui allait se produire hors village.

    Le Comité organisa des courses de vélos pour tout coureur ce qui amenait du public, des courses de caisse à savon depuis l'école jusqu'au cercle St Lambert, des courses de karting dans la cité, des courses à dos d'ânes, quelle joie et quel rire !

    Ils ont tellement organisé qu'il est presque impossible de ne pas oublier certaines choses.

    Et tout cela profitait aux enfants, par une magnifique St Nicolas, une excursion complètement gratuite.

    Notre fête étant devenue la plus importante du village, les petites fêtes de quartiers s'éteignirent une à une et la seule fête qui marchait était comme actuellement la fête du Comité Scolaire.

    Mais comme toute chose à une fin, sous le mayorat de monsieur David un control de la salle fut demandé. Ce dernier craignait un effondrement lors du bal de la Pentecôte. La société qui avait mesuré l'incidence donnait un verdict négatif. Des suites de ce rapport, l'administration décida d'interdire tout rassemblement dans la salle.

    Le Comité remis de cette mauvaise surprise n'abandonna pas et loua une guinguette installée dans la prairie qui servait de cours récréation pour jouer au football.

    Vint ensuite la fusion des communes et tout changea à nouveau, le nombre d'élèves ne cessait d'augmenter, la commune construisit des nouvelles écoles sur la prairie, les anciennes classes servant de réfectoire.

    Quant à la salle de haut, nous avons été priés de la vider de notre matériel, cette salle où nous avions tant peiné que nous avions tant lavée et repeinte. Elle sert au tennis de table qui trouve ainsi une aubaine ayant dû quitter l'ancienne maison du peuple vendue à un particulier.

    Ensuite, le Comité Scolaire n'ayant plus de lieu pour organiser la fête planta son chapiteau à coté du cimetière dans la prairie de Verlée Léon.

    Par la suite, comme actuellement, le chapiteau est installé sur le terre-plein face au cimetière.

    Au début de la fusion des communes, le Comité Scolaire fut contacté par la nouvelle administration de Wanze en l'occurrence par l'échevin de l'instruction qui demanda une convocation pour la prochaine réunion afin de faire connaissance.

    Les présentations faites, le Comité eut vite compris que le nom d'oeuvre scolaire ne plaisait pas trop et qu'il eut été préférable de changer la dénomination par " association des anciens élèves ". Ce qui interrogea les membres du Comité Scolaire !

    C'est pourquoi le Comité des oeuvres scolaire de Bas-oha par respect des fondateurs porte le nom de Comité des Oeuvres Scolaire de l'école fondamentale de Bas-oha.

    Avant d'en terminer, il serait ingrat de passer sous silence, que le 1er ramassage scolaire vienne du comité qui payait un particulier pour aller prendre et ramener les enfants de Java.

    Ensuite un petit car de monsieur Dubois organisait un ramassage dans le village avec les deniers des oeuvres Scolaires et une petite participation des parents.

    " En terminant cet historique, il faut excuser un oubli toujours possible ou fait non relaté.

    Merci à tous ces membres du Comité qui, par principe, payaient durant les 3 jours de fêtes leurs consommations que ce soit à la friture ou à la buvette au même prix que le public.

    Merci pour tout le travail accompli et félicitations à tous ceux qui continuent à oeuvrer pour cette oeuvre philanthropique et à qui il faut souhaiter pleine réussite " Omer Kerckhofs

    Tout l'historique et les faits retranscrits dans cet écrit conservent le texte original par respect de son auteur décédé en août 1999 *Kerckhofs Omer

    Suite...

  • Lors de la 1ère réunion de la saison 1998-1999, monsieur Laby Paul émet le souhait de se retirer de la présidence qu'il occupe depuis 11 ans. Nous sommes deux nouveaux membres à se présenter à l'époque Patrick Stienon et moi-même. Il est décidé qu'il fallait un nouveau président, personnellement je ne peux assister à la totalité de la réunion. Le lendemain matin, arrivé à l'école certains membres présents me félicitent et m'appellent déjà président !

    Une date fut fixée pour la prochaine réunion et lors de celle-ci, vu que Patrick ne voulait pas occuper le poste, j'ai marqué mon accord pour reprendre le flambeau, secondé par tous les membres et plus particulièrement par la secrétaire Madame Vandoren Jeanine, le trésorier Genart Marc et par les " anciens " Bovy Philippe, Petit Yves, Nolet Jean Claude...

    La tâche qui m'était ainsi destinée n'était une mince affaire car en 1999 nous devions fêter le cinquantième anniversaire du comité scolaire. D'autres membres rejoignent le comité,

    chaque membre se voit attribuer une tâche, une responsabilité qu'il doit accomplir ou faire respecter et ensemble nous oeuvrons afin de fêter dignement les 50 ans du comité et ce en mémoire de tous mes prédécesseurs que je connaissais de nom ou de vue car gamin j'avais déjà aidé lors de la préparation de la fête tantôt en ramassant de l'herbe fauchée dans le pré tantôt en enlevant les yeux laissés par l'éplucheuse aux pommes de terre.

  • Pour le cinquantième, je propose des manifestations afin de toucher différent public.

    C'est ainsi qu'un spectacle avec Marc Herman est proposé pour le vendredi, la fête des parents est bien sûre maintenue le samedi car ne l'oublions pas, il s'agit de la fancy-fair de l'école. Le bal du samedi et du dimanche est maintenu également mais ne sont plus qu'au nombre de deux au lieu de quatre car le collège des Bourgmestre et échevins nous en limite le nombre. Le dimanche, un concert destiné aux enfants est organisé avec la présence de Christian Merveille, des jeux sous forme de château gonflable sont organisés, des ballades en poney...

    Depuis le cinquantième anniversaire, plusieurs membres rejoignent le groupe apportant de nouvelles idées. La formule " humoriste " tient la route pendant quatre ans, avec entre autres, André Lamy, Didier Boclinville et Marc Herman. Nous devons abandonner le projet car le budget alloué est trop important par rapport au bénéfice réel.

  • En 2001, la fancy-fair de la Pentecôte change de dénomination en devenant PENTECOTE A BAS-OHA car vu l'ampleur de notre fête le nom " fancy-fair " porte préjudice face aux sponsors.

  • Un de nos membres ne peut passer inaperçu tant sa voix de speaker lors de la fête des parents et aux jeux inter-village nous résonne dans la tête durant ces quatre jours de fêtes, c'est bien entendu Patrick Petit plus connu sous le nom de Rouxx.

  • En 2002, Roland Kerckhofs, fils de Omer, propose avec son équipe Pascal Duchenne, Patrick Stienon, Jean-Luc Jamsin d'organiser des jeux inter-villages qui se déroulent sur le pré à coté du cimetière.

    Ils organisent ces jeux pendant 6 ans avec en apothéose le défit de faire jouer les équipes pendant 24 heures, ce qu'ils parviennent à faire en 2006.

  • D'autres membres rejoignent le comité et en 2003, un de ceux-ci, Didier Thyse propose d'organiser un marché du soir avec de l'artisanat et des produits du terroir. Ce fut un réel succès qui est toujours d'actualité.

  • En 2005, cette même personne afin de suivre l'évolution des médias nous propose de créer notre site Internet : www.bas-oha.be à travers duquel vous pouvez suivre la vie du comité ainsi que celle du village.

  • En 2008, Roland, Pascal et Luc Bergen décident d'organiser les 4h04 min de maudites Charrriott's, il s'agit de conduire de drôles d'engins de conception artisanale. Le Comité Scolaire compte presque une quarantaine de membres qui ont différentes tâches ou responsabilités que se soit au bar, Delbouille Alain, au barbecue, Godfroid Alain, à la friture, Yennis Vincent, à la tombola, Dethier Christine et Ledure Marianne etc...

  • En 2014, toujours là! pour fêter les 65 ans du comité.

  • Certains nous ont rejoints, certains nous ont quittés...

    Depuis 5 ans, nous avons trouvé une vitesse de croisière constante, nous organisons toujours le marché du soir, espace convivial pour toutes et tous et de tous âges !

    La fête des parents est toujours maintenue, tradition oblige, bien que l'ampleur de la fête est importante, il s'agit de la Fancy-fair de l'école !

    Les jeux populaires : dénommé " jeux inter-villages ", ensuite " charrriott's ", actuellement " les bas-ohades " où amusements et rires sont toujours de la partie.

    Les deux soirées de type " bal " avec sono sont toujours d'actualité.

    Les 4 heures vélos pour enfants en sont à leur 10 ème édition.

    Et pour clôturer le tout, la bande à Lolo nous emmène au travers leurs chansons à la fin des festivités et à un repos bien mérité après ces 4 jours de liesse.

    Je ne vais pas énumérer ici tous les membres de comité car ce n'est pas le but et je ne voudrais pas commettre d'impair mais ce que je suis sûre c'est que tous ensemble nous n'avons qu'un seul but perpétuer l'oeuvre commencée il y a 65 ans.

Bernard Evrard.